Les biochars : l’avenir de la viticulture ?

Les biochars : l’avenir de la viticulture ? V

Les biochars issus des sous-produits agricoles, l’avenir de la viticulture ?

A l’heure où la transition écologique est un sujet d’actualité central, des solutions pour aller vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement émergent. Les chercheurs de l’IS2M, de l’ICPEES et de RITTMO Agroenvironnement, tous membres de l’Institut Carnot MICA, trouvent des réponses et réussissent le développement d’un biochar performant à partir de sous-produits issus de la viticulture.

Le but : entrer dans un mode d’économie circulaire pour cette agriculture plus responsable.

Le projet Carbovit

L’étude du potentiel de valorisation des sous-produits viticoles par la production de chars pour la fertilisation des sols est un projet prometteur de l’Institut Carnot MICA. Mais de quel type d’innovation parle-t-on dans ce projet ? Ce que proposent nos chercheurs et ingénieurs, c’est de récupérer le marc de raisin (les rafles, les pépins et la pulpe) épuisé de l’alcool à l’issue de la distillation, pour le transformer ensuite en biochar par pyrolyse. Ce biochar aux propriétés fertilisantes analysées et reconnues utilisé ensuite comme engrais ou amendement du sol, permet de renforcer l’intégration de l’agriculture viticole dans un mode d’économie circulaire.

Dans ce projet, les chercheurs de l’IS2M et de l’ICPEES, spécialistes reconnus dans la production et l’étude de biochar issus de sous-produits viticoles, se sont chargés de trouver les meilleures conditions de traitement du marc de raisin. Le but est de produire une matrice solide utilisable pour la fertilisation des sols viticoles. Après optimisation des conditions de traitement par pyrolyse, les biochars les plus performants ont été testés par les chercheurs du CRITT RITTMO, spécialistes du développement de matières fertilisantes. Les résultats obtenus lors de l’étude du retour au sol de ces biochars sont très prometteurs, et les avantages qu’ils apportent sont multiples.

Les avantages du biochar

Le biochar détient une bonne capacité à retenir l’eau. Il stabilise et alcalinise les sols qui ont été acidifiés par la perte de matière organique (érosion) et l’utilisation répétée de pesticides. De plus, le marc de raisin contient des éléments fertilisants majeurs qui sont concentrés lors de l’étape de pyrolyse. Ils restent biodisponibles pour les plantes, permettant pour certains biochars étudiés, d’égaler les performances d’une fertilisation minérale. Pour toutes ces raisons, le biochar devient un atout de choix dans le processus de fertilisation des cultures.

Aujourd’hui, les résultats issus des travaux du projet Carbovit offrent aux distilleries une alternative au traitement des marcs de raisins. Ils leur permettrait d’introduire les sous-produits viticoles dans une filière de valorisation agronomique locale en circuit fermé.

En un an de projet, les experts de l’Institut Carnot MICA ont démontré le potentiel prometteur de la valorisation du marc de raisin transformé en biochar. D’autres perspectives peuvent/doivent être étudiées. Par exemple la valorisation des huiles et des gaz issus de la pyrolyse (substitution d’énergie et/ou de matériaux issus de ressources fossiles). A ce jour, ce projet a engendré la publication de plus de 10 communiqués de presse internationaux, le dépôt de deux projets d’envergure (ANR et européen) et a généré des contacts industriels avancés avec des entreprises situées en France, en Espagne, en Afrique du Sud et au Canada.

V
Logo CNRS Logo univesité de haute alsace Logo université de strasbourg Logo université de reims champagne ardenne Logo université claude bernard lyon Logo hopitaux universitaires de strasbourg Logo Institut recherches Franco-allemand Saint-Louis logo inserm